• S'inscrire
  • Se connecter
  • USD

    Choisissez une devise :


    USD Dollars américains‏
    CAD Dollars canadiens‏
    EUR Euro
    GBP Livre sterling
    KRW Wons sud-coréens‏
    JPY Yen japonais
    CNY Yuan chinois
    AUD Dollars australiens‏
    IDR Roupies indonésiennes‏
    NZD Dollars néo-zélandais‏
    PHP Pesos philippins‏
    SGD Dollars singapouriens‏
    TWD Dollars taïwanais‏
    HKD Dollars hong-kongais‏
    RUB Roubles russes‏
    INR Roupies indiennes‏
    THB Bahts thaïlandais‏
    MYR Ringgits malais‏
    ZAR Rand sud-africains‏
    VND Dongs vietnamiens‏
    BRL Reals brésiliens (R$)‏
    CLP Pesos chiliens‏
    CHF Francs suisses‏
    EGP Livres égyptiennes‏
    COP Pesos Colombiens
    ARS Pesos argentins‏
    PLN Zlotych polonais‏
  • language French

    Choisissez une langue :


    GB English
    KR 한국어
    ES Español
    JP 日本語
    CN 简体中文
    NO Norge

mx Méxique

Le Mexique est membre de l'Accord de libre-échange nord-américain. Délimité au sud par le Guatemala et le Belize, et au nord par les États-Unis d'Amérique, il est bordé à l'est par le golfe du Mexique et la mer des Caraïbes et à l'ouest par l'océan Pacifique. C'est le quatorzième pays en termes de superficie, avoisinant 2 millions de km2. Il s'agit du onzième pays le plus peuplé du monde, la Banque mondiale donnant le chiffre de 123,8 millions d'habitants pour 2014, dont la majorité ayant pour langue l'espagnol, reconnu par la loi ainsi que toutes les langues indigènes du pays comme langue nationale. Politiquement, le Mexique est une république constitutionnelle fédérale à régime présidentiel composée de trente-et-un États et d'un district fédéral (DF), abritant la capitale, Mexico.

Le Mexique est le 9e plus grand producteur de pétrole au monde et le premier producteur d'argent. Puissance émergente, puissance moyenne à l'échelle mondiale et puissance régionale, le Mexique est le premier pays d'Amérique latine à avoir rejoint l'OCDE. Classé parmi les nouveaux pays industrialisés, il s'agit, selon la Banque mondiale, d'un pays à revenu intermédiaire supérieur. Son économie est fortement liée à celle des États-Unis, par son appartenance à l'ALENA. Selon l'organisation mondiale du tourisme, le Mexique est la principale destination d'Amérique latine et la treizième plus visitée au monde. En plus d’être l'un des 17 pays mégadivers de la planète (il abrite de 10 à 12 % de la biodiversité mondiale et comprend plus de 12 000 espèces endémiques), il compte 32 sites culturels ou naturels inscrits par l'UNESCO au patrimoine de l'humanité. D'après le rapport de 2013 sur le développement humain El ascenso del sur de l'ONU, l'indice de développement humain du Mexique s'élève à 0,775 unités, et occupe la 61e place mondiale (au côté de l’Indonésie, la Turquie, la Thaïlande, l'Afrique du Sud) alors qu'en 1980 son indice ne s'élevait qu'à 0,598 unités. Le Mexique est également membre d'institutions internationales de grande envergure, telles que l'ONU, l'OMC et le G20.

Le tourisme : avec une riche variété de paysages, de climats et de plages, le Mexique a fortement investi pour développer ce secteur qui représente 8 % du PIB. Le tourisme au Mexique est majoritairement balnéaire en ce qui concerne les mexicains. La classe moyenne se rend davantage dans les sites tels qu'Acapulco, Veracruz ou Cancún. Pour ce qui est des étrangers, les sites culturels mexicains sont surtout visités par les européens, sites parmi lesquels se trouvent Oaxaca de Juárez devenu lieu de résidence à de multiples reprises, Chiapas ou Quintanta Roo. Les populations asiatiques commencent à se rendre davantage au Mexique aussi bien pour les zones balnéaires touristiques que pour les sites archéologiques. De la même manière, les touristes latinos américains, de familles riches, viennent sur la Riviera Maya, zone la plus visitée du pays. Les sites touristiques majeurs au Mexique sont ceux de Teotihuacan, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, de Chichen Itza dans le Yucatan, actuellement le plus visité, la Ruta Puuc qui est une route sur le bord de laquelle se trouvent de nombreux sites importants tel que celui d'Uxmal. On peut également trouver d'autres grands sites à la frontière avec le Guatemala ou au bord de la mer des Caraïbes.

Le Tropique du Cancer divise le pays en deux zones, l'une tempérée (climat subtropical humide) et l'autre au climat tropical. Le climat varie avec l’altitude. Les tierras calientes(terres chaudes), comprenant les plaines côtières, s’élevant jusqu’à environ 915 mètres. Au nord du 24e parallèle, les températures sont plus froides pendant les mois d’hiver, tandis qu’au sud, elles restent constantes le long de l’année. Elles varient néanmoins en fonction de l’altitude.

Les pluies varient beaucoup selon la situation géographique et les saisons. Aride ou semi-aride en Basse Californie, le Nord-Ouest de l’État de Sonora, les plateaux du Nord et une partie des plateaux du Sud. Il pleut dans ces régions en moyenne entre 300 et 600 millimètres par an. Dans les plateaux du Sud et notamment les régions les plus peuplées (comme Mexico et Guadalajara) il pleut en moyenne entre 600 et 1 000 mm. Les basses terres le long du golfe du Mexique reçoivent plus de 1 000 mm de pluies à l’année. La région au sud-est de Tabasco reçoit approximativement 2 000 mm de pluies à l’année. Il neige occasionnellement sur certains des plateaux du nord et des hauts sommets de la Sierra Madre Occidentale et de la Sierra Madre Orientale.

Éducation

education

Le Mexique a fait d’importants progrès au niveau éducatif ces deux dernières décennies. En 2004, le taux d’alphabétisation était de 92,2 % et celui des jeunes de 15-24 ans de 96 %. L’enseignement primaire et secondaire (9 ans) est gratuit et obligatoire. Même si plusieurs programmes d’éducation bilingue existent depuis les années 1960 pour les communautés indigènes, c’est depuis la réforme constitutionnelle à la fin des années 1990 qui permet véritablement leur essor avec des manuels scolaires écrits dans une douzaine de langues indigènes. Aujourd’hui la grande majorité des indigènes sont bilingues (12 % des hommes et près de 21 % des femmes ne parlant pas espagnol en 2005).

En 1970, le Mexique fut le deuxième pays au monde (après l'Australie) à mettre en place un système d’enseignement à distance. Les écoles qui utilisent ce système sont appelées telesecundarias (es). La diffusion de ce système s’étend aussi à certains pays d’Amérique centrale, à la Colombie et même à certains États du Sud des États-Unis.

Les trois universités publiques mexicaines les plus connues sont l’Université nationale autonome du Mexique (UNAM) fondée en 1551, l'Université autonome métropolitaine(UAM) et l’Institut polytechnique national (IPN) qui ont un grand prestige dans toute l’Amérique latine. Les quatre principales universités privées de reconnaissance internationale sont l’Institut technologique d’études supérieures de Monterrey (ITESM) qui est souvent désigné comme le TEC de Monterrey, l’Institut technologique autonome du Mexique(ITAM), l’Université Anáhuac (ANAHUAC) et son réseau d'universités affiliées (Espagne, Italie, et Chili) et l'Université ibéro-américaine. Ces universités ont connu une croissance importante et ont su nouer des partenariats avec des universités étrangères les plus prestigieuses.

Aliments

food

La cuisine mexicaine a été mise en 2010 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité. Celle-ci est en fait constituée par une multitude de cuisines régionales qui sont très riches en subtilité et raffinement, très variées, et qui utilisent un grand nombre d’ingrédients.

Son origine date de la conquête espagnole, même si elle a de nombreuses influences indigènes. D’un côté, le maïs, les piments, les haricots noirs, les courges, l’avocat, la patate douce, les tomates, le cacao, la vanille, la dinde et de nombreux fruits et condiments originaires du nouveau monde. De l’autre côté, les Espagnols introduisirent les viandes des animaux domestiqués dans l’ancien monde tels que le porc, le bœuf et le poulet, mais aussi le poivre en grains, le sucre, le lait et ses dérivés, le blé, et le riz, les agrumes et une multitude d’ingrédients qui forment aujourd’hui une part importante de l’alimentation des Mexicains. De cette fusion naissent le pozole, le mole et les tamales dans leurs formes actuelles, le chocolat, un grand répertoire de grignotages mexicains (antojitos).

La nixtamalisation du maïs et le broyage sur molcajete (mortier traditionnel) et metate ont fait place à des procédés industriels modernes. L'atole est à base de Maïzena et sa variante, le champurrado, qui lui est un atole à base de maïs ne sont pas des boissons mais se consomment au petit-déjeuner et le soir. On trouve des boissons alcoolisées régionales telles que le rompope. Il existe une confiture de lait de chèvre, la cajeta. Les flans à la vanille et au caramel y sont très populaires.

Le Mexique produit de nombreux spiritueux dont la tequila faite à partir de la distillation de l’agave bleue. 50 % de la production de tequila est exporté vers les États-Unis. La tequila possède une AOC et ne peut provenir que d’une région formée de 181 communes réparties sur 5 États (dont 125 dans l’État de Jalisco).Les mexicains sont en 2012 les plus gros consommateurs d'œufs (consommés principalement au petit-déjeuner) par personne au monde.

Langue

language

La Loi des Droits Linguistiques de 2001 concède le statut de langue nationale à l’espagnol et à plus de soixante langues indigènes parlées par 7 % de la population. Néanmoins, même s'il n’existe pas de déclaration constitutionnelle qui fasse de l’espagnol la langue officielle, c’est celle-ci qui est utilisée pour tous les documents officiels et est parlée par la quasi-totalité des Mexicains. Les langues indigènes sont parlées par plus de 6 millions de personnes vivant du sud-est du Mexique jusqu’au Honduras. Leurs origines remontent à plus de cinq millénaires. De l’époque dite classique (ca. 300–800 ap. J.-C.) à la conquête espagnole, certaines de ces langues (en particulier le maya classique oriental et le nahuatl) furent écrites sur des bâtiments, de la poterie et des codex, grâce à un système d’écriture hiéroglyphique.

Les deux langues indigènes qui sont les plus parlées sont :

• Le nahuatl avec plus de 1,5 million de personnes. Cette langue est principalement parlée dans le centre du Mexique. Elle était utilisée au sein de l’empire aztèque.

• Le maya (yucatèque) avec environ 800 000 personnes. Il est parlé dans la péninsule du Yucatán. D’autres langues mayas sont également parlées : le tzotzil, le tzeltal et le chol avec quelques centaines de milliers de locuteurs chacun, essentiellement dans le Chiapas. Ces langues sont apparentées aux différents dialectes du maya classique oriental que l’on retrouve sur les monuments et codex de la civilisation maya.

Chipilo, une ville de l'État de Puebla, est peuplée de descendants de vénitiens, 33 000 personnes y parlent toujours le vénitien. Les mennonites des États de Chihuahua, Zacatecas, et Durango, parlent encore le bas saxon ils sont 75 000 si l'on y ajoute ceux des communautés de Tamaulipas et de Campeche.