• S'inscrire
  • Se connecter
  • USD

    Choisissez une devise :


    USD Dollars américains‏
    CAD Dollars canadiens‏
    EUR Euro
    GBP Livre sterling
    KRW Wons sud-coréens‏
    JPY Yen japonais
    CNY Yuan chinois
    AUD Dollars australiens‏
    IDR Roupies indonésiennes‏
    NZD Dollars néo-zélandais‏
    PHP Pesos philippins‏
    SGD Dollars singapouriens‏
    TWD Dollars taïwanais‏
    HKD Dollars hong-kongais‏
    RUB Roubles russes‏
    INR Roupies indiennes‏
    THB Bahts thaïlandais‏
    MYR Ringgits malais‏
    ZAR Rand sud-africains‏
    VND Dongs vietnamiens‏
    BRL Reals brésiliens (R$)‏
    CLP Pesos chiliens‏
    CHF Francs suisses‏
    EGP Livres égyptiennes‏
    COP Pesos Colombiens
    ARS Pesos argentins‏
    PLN Zlotych polonais‏
  • language French

    Choisissez une langue :


    GB English
    KR 한국어
    ES Español
    JP 日本語
    CN 简体中文
    NO Norge

ph Philippines

Les Philippines, en forme longue la République des Philippines, en espagnol Filipinas et República de Filipinas, en ilocano Filipinas et Republika ti Filipinas, en cebuano Pilipinas et Republika sa Pilipinas, est un pays d'Asie du Sud-Est constitué d'un archipel de 7 107 îles dont onze d'entre elles totalisent plus de 90 % des terres et dont un peu plus de 2 000 seulement sont habitées, alors qu'environ2 400 îles n'ont même pas reçu de nom.

On distingue trois zones géographiques : Luçon, les Visayas et Mindanao. Luçon est l'île la plus vaste et la plus septentrionale, et qui abrite sa capitale, Manille, et la plus grande ville du pays, Quezon City. Au centre, le groupe dense des Visayas comprend les îles de Negros, Cebu, Bohol, Panay, Masbate, Samar et Leyte. Au sud, Mindanao est la deuxième île par sa superficie ; ses principales villes sont Davao, Marawi, Zamboanga et Cagayán de Oro. Au sud-ouest de Mindanao se trouvent les îles de Sulu, telles que Basilan, Jolo et Tawi-Tawi, proches de Bornéo. Enfin, à l'ouest des Visayas, s'étend l'archipel de Palawan, qui compte à lui seul plus de 1 700 îles. Ces îles se situent à l'ouest de l'océan Pacifique à environ 1 000 kilomètres au sud-est du continent asiatique. C'est l'un des deux seuls pays à dominante catholique en Asie (avec le Timor oriental) et l'un des plus occidentalisés. L'Espagne et les États-Unis, qui ont tous deux colonisé le pays, ont chacun eu une grosse influence sur la culture philippine qui est un mélange unique d'Orient et d'Occident.

L'archipel philippin se situe entre 116° 40' et 126° 34' de longitude est et 4° 40' et 21° 10' de latitude nord. Il s'étend sur 1 840 kmdu nord au sud et sur 1 104 km d'est en ouest. Il est bordé à l'est par la mer des Philippines, à l'ouest par la Mer de Chine méridionale et au sud par la mer de Célèbes, mais se trouve plus populairement dans l'océan Pacifique. Au sud se trouvent l'île de Célèbes et l'archipel des Moluques, qui appartiennent à l'Indonésie. Au sud-ouest la mer de Sulu baigne l'archipel et le sépare de Bornéo, île partagée entre la Malaisie, le Brunei et l'Indonésie. Au nord, on trouve Taïwan et, à environ 500 km à l'est, les îles Palaos.

Tout au long de l'histoire du peuple philippin, aucune identité culturelle nationale n'est apparue. Cela est en partie dû au grand nombre de langues parlées dans le pays, que l'on estime aujourd'hui à 80, ainsi qu'aux très nombreux dialectes qui en découlent. L'isolement relatif entre populations voisines, que ce soit de village à village, ou d'île en île, a également contribué à cette absence d'identité unifiée.

Après l'arrivée des Espagnols, les missionnaires catholiques engagent des indigènes comme traducteurs, créant ainsi une classe de la population bilingue, connue sous le nom de ladinos. Ces personnes, notamment le traducteur et poète Gaspar Aquino de Belen, commencent alors à écrire des poèmes en alphabet latin mais principalement en langue tagalog. Pasyon est d'ailleurs une célèbre narration poétique de la passion, mort et résurrection du Christ commencée par Gaspar Aquino de Belen. Par la suite, les ballades espagnoles de chevalerie, fournissent un modèle pour la littérature laïque philippine. Des pièces de théâtre écrites en vers, ou komedya, font l'objet de représentations en langue régionale, permettant ainsi un accès à la littérature pour une majorité du peuple, alors illettrée. Ces komedya sont également diffusées sous forme écrite dans les langues régionales, en utilisant toujours l'alphabet latin.

Le pays est situé dans la zone tropicale, mais est plus particulièrement de type tropical humide : l'est du pays est presque constamment arrosé, tandis que l'ouest connaît une saison sèche et des pluies de moussons en été. Son climat local est chaud et humide. En saison sèche, les températures s'échelonnent entre 28 et 37 °C mais en saison des pluies, ces températures régressent entre 25 et 31 °C. La moyenne annuelle de température est d'environ 29 °C. Les Philippines connaissent généralement trois saisons : Tág-inít ou Tág-aráw (la saison chaude, ou l'été de mars à mai), Tág-ulán (la saison des pluies de juin à novembre) et Tág-lamíg (la saison froide de décembre à février). Le climat ne connaît pratiquement pas d’amplitude thermique permettant de définir des saisons. Les précipitations annuelles moyennes s’élèvent à environ 1 900 mm dans les plaines, et sur la plupart des îles, la saison des pluies coïncide avec la mousson d’été, qui dure de mai à octobre; le vent souffle alors du sud-ouest.

Éducation

education

Aux Philippines, l’école est gratuite et obligatoire pour tous les enfants âgés de sept à douze ans. Bien que le tagalog soit enseigné et que, dans les plus petites classes, des dialectes locaux soient en usage, l’anglais n’en demeure pas moins la première langue enseignée.

L’influence de l’Espagne et de l’Église catholique a été prépondérante. L’Église possède encore plus de 400 établissements d’enseignement, dont plus d’une centaine d’universités ; la plus ancienne, l'Université de Santo Tomas (University of Santo Tomas), a été fondée en 1611 par des dominicains. Cette empreinte hispanique et religieuse explique le fort taux d’alphabétisation qui s'élève à 97 %, alors qu’il est toujours inférieur à 90 % en Asie du Sud-Est.

Aliments

food

La cuisine philippine comprend les aliments, les méthodes de préparation et les coutumes alimentaires trouvés dans l'archipel. Le style de la cuisine et les aliments qui lui sont associés ont évolué au cours de plusieurs siècles à partir de son origine malayo-polynésienne. Celle-ci s'est mélangée à la cuisine de nombreuses origines - hispaniques, chinoises, américaines - et a intégré d'autres influences asiatiques en fonction des ingrédients indigènes et du goût local.

Les Philippins prennent traditionnellement trois repas principaux par jour - agahan ou almusal (petit déjeuner), tanghalían (déjeuner), et hapunan (dîner), plus une collation en après-midi, appelé merienda (une autre variante est minandál ou minindál). Les plats vont du très simple, comme un repas de poisson salé frit et le riz, les paellas à élaborer et de cocidos créé pour les fêtes.

Les plats les plus courants sont le lechón (cochon rôti entier), longganisa (saucisse philippine), tapa (bœuf séché), torta (omelette), adobo (poulet et/ou de porc braisé à l'ail, la sauce soja et le vinaigre), kaldereta (ragoût de chèvre à la tomate), mechado (bœuf ou porc cuit dans une sauce tomate), pochero (bœuf à la banane et à la sauce tomate),afritada (porc ou bœuf mijoté dans une sauce tomate avec des légumes), Kare-Kare (queue de bœuf et légumes cuits à la sauce d'arachide), jambe croustillante PATA (porc),hamonado (viande de porc dans une sauce sucrée d'ananas), sinigang (porc, poisson ou crevettes dans un ragoût de tamarin), pancit (nouilles sautées), et lumpia (pâtés impériaux frais ou frits).

Langue

language

Les Philippines ont deux langues officielles : le filipino et l'anglais. Environ 150 langues et dialectes restent usités dans l'ensemble du pays, la plupart appartenant à la famille des langues austronésiennes. 12 comptent plus d'un million de locuteurs et regroupent 94 % de la population. Chacune de ces langues possède sa propre aire géographique mais, au cours du XIXe siècle, la promotion du tagalog (futur filipino) et la forte émigration vers l'île principale de Luçon des populations des autres îles ont quelque peu modifié cette répartition traditionnelle.

Parmi ces langues, on compte :

• Le cebuano, langue de l'île de Cebu, est parlé comme langue maternelle par 29 % de la population. Il est aussi parlé sur certaines îles voisines comme Bohol, Negros Oriental, en partie dans les îles de Leyte et de Samar et plus récemment sur Mindanao.

• Le tagalog (d'où provient le filipino, langue nationale) est parlé par 26 % de la population, principalement au sud de Luçon, dont Manille. Il existe aussi des tagalophones à Luçon Central (dans les provinces de Bulacan et Aurora), et dans la région de MIMAROPA (Mindoro Occidental et Oriental, Marinduque, Romblon et Palawan).

• L'ilokano, langue du nord de Luçon, est parlé par 10 % de la population. Il est aussi parlé par certaines communautés à Palawan et à Mindanao (principalement dans la ville de General Santos). La plupart de cette population est immigrante ou descend d'immigrants de la région ilocanophone.

• L'hiligaïnon ou illongo, langue des îles de Panay et de Negros, est parlé par 9 % de la population.• Le bicolano, langue de la péninsule de Bicol, au sud-est de Luçon, est parlé par 5 % de la population. C'est la langue philippine qui possède la plus grande diversité dialectale.

• Le waray-waray, langue de Samar et de l'est de Leyte, est parlé par 4 % de la population.

• Le pampagan et le pangasinan, langues du nord-ouest de Manille, sont parlés, respectivement, par 3 % et 2 % de la population.

• Le maranao et le maguindanao, langues de Mindanao, et le tausug, langue de l'île de Jolo, sont parlés chacune par environ 1,5 % de la population, populations exclusivement musulmanes.

L'espagnol, malgré la longue colonisation, n'est parlé que par environ 3 millions de personnes. Avant la colonisation, il n'existait pas de langue commune dans l'archipel des Philippines. Mais l'espagnol est resté cantonné aux colonisateurs et à une élite philippine restreinte (qui a néanmoins permis l'émergence d'une littérature philippine en langue espagnole à la fin du XIXe siècle). Bien qu'étant l'une des deux langues officielles de la constitution de 1935, elle a été supplantée par l'anglais. L'espagnol n'est plus parlé que par 3 millions de personnes (moitié moins qu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale) mais reste une langue auxiliaire, tout comme l'arabe dans les régions du sud.

L'anglais, avec le filipino, est utilisé dans l'enseignement, dans l'administration centrale, dans le monde des affaires et dans de nombreux médias.Quant au filipino, il progresse mais on estime qu'au moins 20 % de la population ne le maîtrise pas correctement, obligeant le pays, suivant les régions, à pratiquer le bilinguisme ou le trilinguisme.